Le rapport de l’ARPP (Autorité de regulation professionnelle de la publicité) sur la publicité et les produits cosmétiques ainsi que notre expertise nous a permis de dresser une liste des allégations cosmétiques à éviter en Europe.

8 allégations cosmétiques à éviter en Europe

À EcoMundo, nous comprenons l’importance de vos étiquettes cosmétiques et comment vos allégations peuvent avoir un impact positif sur les ventes. Mais il y a quelques principes généraux qu’il faut savoir: les allégations doivent être véridiques, sincères, équitables, avoir des éléments probants, être en conformité avec la règlementation cosmétique 1223/2009 et doivent permettre au consommateur de faire des choix en connaissance de cause.

Découvrez notre article Produits cosmétiques : comprendre les allégations pour rafraîchir vos connaissances sur les 6 critères communs établit par le règlement 655/2013.

Les 8 allégations cosmétiques suivantes sont à éviter :

1. « sans parabène »

Cette allégation devrait être évitée car les « parabènes sont sûrs lorsqu’ils sont utilisés dans le cadre du règlement (CE) N° 1223/2009 ». Il faut savoir qu’il y a cinq parabènes qui sont interdits dans les cosmétiques : Isobutylparaben, Isopropylparaben, Phenylparaben, Benzylparaben et Pentylparaben.
Lorsque vous déclarez « sans parabènes », ceci suggère que les autres produits cosmétiques sur le marché, où cette allégation n’apparaît pas, sont potentiellement dangereux ce qui dénigre les parabènes et est inéquitable pour la concurrence.

2. « non testé sur des animaux »

Cette allégation ne peut être présentée comme la particularité d’un produit. D’ailleurs, elle n’est plus vraiment d’actualité… Rappelez-vous de la campagne de lutte contre les tests sur les animaux de Body Shop en 1996 qui, grâce à elle, conduit à une interdiction nationale au Royaume-Uni de tests sur les animaux pour des produits & ingrédients cosmétiques en 1998. Ça c’est une allégation marketing ayant fait fureur ! Mais nous étions alors dans les années 90.

Aujourd’hui, les tests sur les animaux sont interdits pour toute société produisant des cosmétiques à travers l’Europe et ce depuis 2013. Ceci a commencé en 2004 avec l’interdiction sur les produits cosmétiques finis, puis en 2009 l’interdiction s’est étendue aux ingrédients ou combinaisons pour ensuite être définitivement interdit en 2013 même en l’absence de méthodes alternatives. Ce qui veut dire que lorsque vous faites cette allégation, le produit satisfait simplement les prescriptions minimales de la législation.

Un autre exemple de ce type : « ne contient pas (ingrédient interdit) ».

3. « Active l’immunité de votre peau »

Un cosmétique est « destiné à être mis en contact avec les parties superficielles du corps humain », mais l’activation de l’immunité est exagérée pour un produit cosmétique. Cette expression ressemble davantage à une action provenant d’une cure de vitamine du secteur médical que d’un simple produit cosmétique. Cette allégation n’est donc pas appropriée pour un produit cosmétique. Nous pouvons appliquer ce même principe pour toute allégation associée à des conditions et vocabulaires médicaux.

4. « rajeunissant »

Quel bonheur ces hyperboles ! Oui, un petit rajeunissement ne ferait pas de mal… revenir en arrière quelques années. Malheureusement, le rajeunissement est impossible.
Si l’on utilise cette allégation seule, elle est trompeuse car le consommateur peut penser qu’il se sentira plus jeune pendant l’utilisation du produit. Notez que cette allégation peut être utilisée mais doit exprimer une apparence de plus grande jeunesse de la peau sans ambiguïté dans le discours.Vous pouvez donc utiliser cette allégation associée à d'autres mots ou incorporée à une phrase qui montre que l'on parle de l'apparence.

Autres exemples : « même le temps ne me résiste pas », « contrôle le vieillissement cutané à la source ».

5. « paraître plus jeune sans les injections »

Pourquoi la chirurgie existerait-elle si cette allégation était véridique ? Voici encore une expression qui exagère les effets du produit. La définition d’un cosmétique est clair sur le fait qu’un cosmétique est destiné aux parties superficielles et ne peut pas aller plus loin que l’épiderme. Cette allégation donne de faux espoirs en suggérant que le produit donnera des résultats proche de la chirurgie esthétique.

6. « action anti-chute 90 % »

Lorsqu’une allégation est basée sur des enquêtes de satisfaction de consommateur, cela doit être clairement indiqué. Cette allégation seule peut facilement être confondue avec un pourcentage d’efficacité plutôt qu’un pourcentage de satisfaction. L’allégation doit se référer aux résultats moyens et mentionner le nombre total de sujets ayant répondus pour plus de transparence.

7. « Aurevoir cellulite »

Cette allégation personnifie la cellulite comme si celle-ci allait partir en courant ! Elle promet la disparition de la cellulite alors qu’un produit cosmétique ne peut que agir sur l’apparence externe de la peau. Bien sûr, la peau peut paraître plus ferme et douce mais la cellulite n’ira nulle part.

8. « protection solaire totale »

Lorsque nous parlons de crème solaire, il est important de se rappeler que tout message doit transmettre le fait que trop d’exposition au soleil est dangereux. Ne minimisez jamais les effets néfastes du soleil !

La recommandation de 2006 relative aux produits de protection solaire et aux allégations des fabricants quant à leur efficacité établit qu’aucune allégation ne devrait suggérer une protection totale car même aujourd’hui aucune protection contre les UVA et les UVB n’est efficace à 100 %. Il est également important de savoir que suggérer qu’il n’y a aucun besoin de renouveler l’application, quelles que soient les circonstances est également interdit.

Autres exemples : « écran total », « prévention durant toute la journée »

Un durcissement du cadre réglementaire serait-il à craindre ?

Si la Commission Européenne considère que les 6 critères communs ne sont pas respectés par l'industrie cosmétique, un durcissement du cadre réglementaire pourrait peut être arriver
Ceci pourrait avoir d'énormes conséquences sur les pistes créatives des marques.

Nous vous recommandons de vous abstenir de faire des allégations excessives, d’exagérer les effets, de tromper le consommateur et de ne pas respecter la définition d’un cosmétique ce qui pourrait vous éviter de perdre du temps et de l’argent à potentiellement refaire les emballages de vos cosmétiques pour l’Europe.

NB: La plupart du temps, les hyperboles, les métaphores et les personnifications peuvent être trompeuses pour le l’utilisateur final moyen. Si vous les utilisez, cela doit être évident que l’allégation ne peut pas être prise au pied de la lettre. Par exemple, "ce parfum vous donne des ailes", personne ne s’attend à se voir pousser des ailes pendant la nuit, c’est pourquoi cette hyperbole est tolérée.

Services EcoMundo pour la conformité cosmétique

N’hésitez pas à nous contacter à [email protected], si vous avez des questions à propos de la conformité cosmétique ou si vous êtes à la recherche de services spécifiques. EcoMundo peut agir en qualité de Personne Responsable pour l’Europe et vous fournir les services suivants :

Contactez-nous par téléphone : +33 (0)1 83 64 20 54 pour l’Europe, ou + 1 (778) 231-1607 pour l’Amérique du Nord.

  Publier un commentaire
x

Publier un commentaire

Une question ? Une réaction sur cet article ? N’hésitez pas à nous laisser un commentaire !

Le code langue du commentaire.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience de navigation sur notre site. En savoir plus